Hier, j’ai rencontré Thérèse pour la première fois.
Il y a quelques jours, elle a soufflé 97 bougies. Mais dans son œil espiègle, il en brille beaucoup moins !

Thérèse est ma première « biographiée » et je commence avec elle ce nouveau chemin d’écriture. Nous nous accompagnons mutuellement, vers une destination encore inconnue.

Au cours de la discussion, j’ai découvert que Thérèse connaissait ma grand-mère : petites, elles étaient voisines !

Clin d’œil de la vie ou du ciel, sûrement les deux, je savoure cette délicate attention du destin qui encourage ma nouvelle vie de biographe !